PDFPRINTE-MAIL

FAQ

 À partir de quelle semaine de grossesse puis-je être suivie par la maison de naissance ?

 
Possédez-vous un appareil à ultrasons ?

 
Un docteur est-il présent pour l’accouchement ?
 
Quelle sera la sage-femme qui m’assistera lors de l’accouchement ?

Quelles personnes seront présentes pour l’accouchement ?

 
Différence entre accouchement à la maison et accouchement en maison de naissance

 
Peut-on accoucher dans l’eau dans votre maison de naissance ?

 
Pratiquez-vous l’anesthésie péridurale à la maison de naissance ?
 

Comment se passe l’après-accouchement ?


 
Qu’en est-il de l’épisiotomie ?
 
 


 

 À partir de quelle semaine de grossesse puis-je être suivie par la maison de naissance ?
Sur demande, nous suivons une grossesse depuis le tout début. En cas de grossesse saine, nous recommandons le premier contrôle vers la 12e semaine de grossesse. Un suivi régulier permet de construire une relation de confiance entre vous, votre partenaire et nous, sages-femmes, ce qui est capital pour un déroulement sans complications. L’entretien personnel est à la base de tous les contrôles. À cet effet, nous renforçons votre confiance dans le déroulement naturel de votre grossesse. Nous prévoyons une heure par contrôle. Nous travaillons en collaboration avec un laboratoire privé auprès duquel nous pouvons faire les analyses nécessaires. En cas de problèmes au cours de la grossesse, nous vous orientons vers le/la gynécologue de votre choix.
 

 

Possédez-vous un appareil à ultrasons ?
Non. Nous vous orientons vers le service Radiologie du Centre hospitalier de Bienne. Sur demande, vous pouvez également faire une échographie chez votre gynécologue. Les examens échographiques servent à établir un diagnostic prénatal, à déterminer avec précision le terme ou à contrôler le processus de croissance du bébé.  
Afin de définir si ces examens sont nécessaires, ou souhaités par vous, nous vous recommandons de clarifier ce sujet avec nous au cours d’un entretien en début de grossesse. L’assurance de base de votre caisse-maladie prend en charge les frais de deux échographies.

 
Un docteur est-il présent pour l’accouchement ?
 
Non. Nous faisons appel à une deuxième sage-femme. En cas de complications dans l’évolution d’une grossesse, nous vous transférons au Centre hospitalier (ou sur demande expresse de votre part, à la Clinique des Tilleuls). Notre formation et nos compétences nous habilitent à prendre en charge la grossesse, l’accouchement et le post-partum. 87 % des naissances se déroulent sans complications. Nous savons déceler toute anomalie dans le cours normal d’une grossesse et sommes à même de prendre les mesures qui s’imposent. La direction obstétricale de la maison de naissance est assurée par des sages-femmes exclusivement, elles ont toute la compétence requise pour la prise en charge d’une grossesse et d’un accouchement sains.

 
Quelle sera la sage-femme qui m’assistera lors de l’accouchement ?
Nous avons notre planning et effectuons un service référent de 12 heures suivi d’un service d’astreinte de 12 heures. La sage-femme en service d’astreinte est appelée peu avant l’accouchement et repart peu après. Notre planning régule les heures de travail et de repos, ce qui permet de vous procurer une très grande sécurité. Vous avez le droit de disposer d’une sage-femme reposée. Durant tout l’accouchement, vous serez accueillie et accompagnée par une sage-femme référente. Si l’accouchement se prépare au cours du changement de service, ce dernier est bien évidemment repoussé. 

 
Quelles personnes seront présentes pour l’accouchement?
Deux sages-femmes sont présentes pour l’accouchement. Elles vous apportent la sécurité au moment d’accoucher. Durant cette phase importante, nous évitons tout bruit ainsi que toute injonction superflue pour ne pas vous déranger durant le travail de l’accouchement. Toutes les personnes accompagnantes dont vous souhaitez la présence sont bienvenues chez nous. Pensez à organiser l’aide d’une tierce personne au cas où vous souhaiteriez être accompagnée de vos enfants afin que ces derniers aient toute la liberté de quitter la pièce ou la maison quand ils le souhaitent.

 
Différence entre accouchement à la maison et accouchement en maison de naissance
Toutes les futures mamans ne peuvent pas accoucher à la maison, que ce soit pour des raisons liées à leur lieu d’habitation, pour des motifs sociaux ou autres. Depuis quelques années, le nombre d’accouchements est plus élevé en maison de naissance qu’à la maison.

 
Peut-on accoucher dans l’eau dans votre maison de naissance ?
Jusqu’à ce jour, environ la moitié des nouveau-nés sont venus au monde dans l’eau. Le bain apporte une grande détente dans les premiers moments, la chaleur et l’apesanteur contribuent au traitement des contractions. Si vous vous sentez bien dans l’eau, vous pouvez y rester pour la naissance.

 
Pratiquez-vous l’anesthésie péridurale à la maison de naissance ?
Non, cela nécessite une infrastructure hospitalière et un(e) anesthésiste qualifié(e).


Comment se passe l’après-accouchement ?
Nous respectons le moment du premier contact visuel avec votre enfant et les émotions qui y sont liées. Nous surveillons et accompagnons les premiers instants de vie avec toute la discrétion possible. L’enfant reste normalement auprès de sa mère. Nous laissons beaucoup de temps aux enfants pour « arriver ». Si vous le souhaitez, le cordon ombilical n’est coupé que lorsque le pouls n’y bat plus. Nous veillons à vous assurer la tranquillité nécessaire pour que vous puissiez profiter des premières heures avec votre enfant.

 

Qu’en est-il de l’épisiotomie ?
Une épisiotomie est chez nous une intervention d’urgence absolue. Nous discutons préalablement (durant le suivi de la grossesse ou lors de la préparation à l’accouchement) du massage du périnée et émettons le souhait que vous prépariez votre périnée durant la grossesse. Il est prouvé que cela prévient les blessures. Cependant, les déchirures et blessures dépendent aussi de la qualité des tissus. Contrairement à une incision, le périnée ne se déchire que pour laisser un passage suffisant à l’enfant et uniquement au point le plus faible. Cela représente une blessure aussi petite que possible du tissu musculaire. De récentes études ont montré que l’épisiotomie ne constituait aucunement une prévention contre les troubles de prolapsus et de descente de l’utérus. Au contraire : les incisions se pratiquent de plus en plus souvent obliquement, blessant ainsi une grande partie du tissu musculaire du plancher pelvien, ce qui le fragilise et favorise les prolapsus.

 

Retour